glitter vintage lights background. defoc

L'hypnose ! 

Le vrai du faux ? Comment ça marche ?

Un peu d'histoire

Un peu d’histoire, car il me parait important de savoir que l’hypnose n’est pas quelque chose de nouveau, une nouvelle mode, qui aurait le vent en poupe ces dernières années.

L’hypnose, sous une forme ou une autre est là depuis toujours.

Nos ancêtres utilisaient déjà depuis des millénaires les états modifiés de conscience pour se soigner, mais sans bien savoir ce qu’ils faisaient. On retrouve les premières traces de l’hypnose » il y a plus de 6000 ans en Mésopotamie, où les sumériens pratiquaient déjà l’accompagnement en paroles, sous états modifiés de conscience.

Ensuite, la pratique s’est progressivement développée et enrichie au fil des civilisations, pour qu’enfin le terme « hypnose » fasse son apparition, il y a un peu plus de 170 ans, en 1843. C’est à partir de cette date que le terme est officialisé par un médecin écossais du nom de James Braid, pour désigner le soin de ses patients par le seul usage des mots.

On commençait à cette époque à se rendre compte qu’une personne pouvait changer sa vie et guérir, à condition qu’elle soit dans le bon état de conscience.

C’était cela la « transe », : une clé pour libérer les ressources insoupçonnées qui existent en chacun de nous.

Le mérite de James Braid c’est qu’il posa pour la première fois des normes rationnelles à l’utilisation des états modifiés de conscience.

Hypnose de spectacle et hypnose thérapeutique, quelles différences ?

La controverse autour de l’hypnose est presque aussi vieille que la technique elle-même !

L’hypnose depuis toujours peut fasciner, interroger, agacer ou même inquiéter.

Le grand public retient essentiellement le spectacle de groupes de personnes sous l’influence d’un hypnotiseur les soumettant aux ordres les plus farfelus.

Et dans le même temps, l’utilisation de l’hypnose se répand dans les hôpitaux, en particulier en anesthésie et dans la prise en charge de la douleur…

Dans tous les cas, l’hypnose thérapeutique telle que vous la vivrez au cours d’une de mes séances, est pratiquée sur un mode non autoritaire, bien éloigné du folklore de spectacle.

L’idée que je pourrai exercer un pouvoir sur vous n’est évidemment pas vraie. C’est vous, par la confiance que vous voudrez bien m’accorder, qui me permettrez d’opérer les bienfaits de l’hypnose sur vous. Il s’agit d’un pacte de collaboration entre nous sans lequel aucun travail n’est possible.

C'est comment d'être "sous-hypnose" ?

Le cerveau plongé dans un état d’hypnose est un état modifié de conscience qui ne ressemble à aucun autre état : ni à l ‘éveil, ni au sommeil, et pas plus à la méditation ou la relaxation.

Bien que l’état hypnotique soit généralement très agréable pour celui ou celle qui l’expérimente, il est tout à fait possible d’entrer en état d’hypnose debout ou les yeux ouverts.

En hypnose, la personne semble rêver. Pourtant, même si elle peut avoir l’apparence de quelqu’un qui dort, elle entend généralement tout ce qui se passe autour d’elle. On pourrait alors parler « d’éveil paradoxal » : elle n’est ni encore éveillée, ni vraiment endormie.

Il s’agit en quelque sorte d’un état intermédiaire, entre la veille et le sommeil, quelque chose qui ressemble au rêve mais qui ne survient pas lorsque l’on dort, mais plutôt lorsque l’on est éveillé.

Une sorte de « milieu » entre deux états.

L’état d’hypnose est un état particulier dans lequel notre imagination est plus active, notre sensibilité plus grande.

Mais vous êtes très souvent dans votre quotidien spontanément en état modifié de conscience sans le savoir ! Par exemple, lorsque vous êtes totalement absorbé par un film ou une lecture passionnante, ou lorsque vous êtes « ailleurs » « dans la lune » perdus dans vos pensées, à la fois ici et « ailleurs », à un moment vous ne clignez plus des paupières, votre esprit « décroche » et votre activité cérébrale ce transforme.

L’état d’hypnose que nous allons construire lors d’une séance s’inspire de ces états naturels, les intensifient, tout en les canalisant.

Dans tous les cas, nous leur donnons une direction, une mission : aller vers votre objectif.

Notre inconscient c'est qui au juste ?

Vous le savez peut-être, mais 90% de notre activité est inconsciente. C’est dire l’importance qu’il convient de lui accorder !

La vie a mis une sorte de mécanisme en place, afin de nous protéger de nous-mêmes : notre inconscient.

L’inconscient privilégie toujours notre survie. il fait donc toujours ce qu’il peut au mieux de ses compétences.

L’inconscient active chaque seconde toutes nos fonctions vitales (respiration, battement du cœur, système immunitaire etc…), naturellement, sans que nous ayons à y penser.

Tout ce qui fait la force de l’inconscient, c’est qu’il est stable et routinier, même pour les problèmes, et les maladies, il a horreur du changement.

Or certaines lignes de notre programme, de notre matrice personnelle, peuvent être polluées, s’être fait abimer ou tout simplement être devenues inutiles ou gênantes.

C ‘est ainsi que nous pouvons rester bloqués dans des comportements anciens et dépassés, enfermés dans un système rigide qui ne fonctionne pas ou plus.

L’inconscient, routinier et chargé d’inertie, maintient ces choses-là en nous, comme un mécanisme éternel, qui n’arrêtera son mouvement que lorsque nous poserons la main dessus.

C’est pratique lorsqu’il s’agit de choses positives et vitales, mais l’inconscient maintient tout sans distinction.

C’est alors que se produisent les conflits internes entre ce que nous désirons consciemment et l’automatisme inconscient mis en place au cours de notre vie, et qui nous fige littéralement dans la situation problématique.

Mais si l’inconscient ne veut que notre bien et qu’il est si « prodigieusement astucieux », pourquoi aurait-on besoin d’une aide extérieure ?

L’inconscient ne pourrait-il pas déclencher lui-même les processus de changement, sans qu’on lui demande ?

Eh non ! parce que l’inconscient est réactif, pas proactif. Il ne fait rien si personne ne le pousse.

Donc soit l’inconscient a déjà un « programme » en stock, comme le système immunitaire qui a appris pendant l’enfance à réagir à un panel de microbes et virus, soit l’inconscient n’a jamais vécu de situation similaire, et il ne sait alors pas quoi faire.

Résultat, si la personne n’est pas capable d’aller informer par elle-même son automate personnel (auto-hypnose par exemple) il faudra les injonctions hypnotiques d’un thérapeute pour actionner l’inconscient et lui faire mettre en œuvre des ressources qui aideront la personne. Elle a beau avoir déjà les solutions en elle, l’inconscient ne fera rien sans instructions, il lui faut un programme.

Comment est actionné le changement ?

Tant que l’on est dans notre état ordinaire de conscience, on peut penser à ce que l’on veut, nos pensées restent des pensées.

En revanche, dès qu’on le fait exprès, en se mettant dans un état d’esprit spécial - en hypnose- alors nos pensées agissent concrètement.

La pensée critique doit être mise en veille, pour permettre l’ouverture aux sentiments, aux émotions et à la créativité de l’esprit. Ainsi, peuvent émerger les expériences de vie qui ont influencé certains comportements, et dont nous souhaitons se libérer ou corriger.

Pour intervenir sur votre inconscient, votre thérapeute va faire ce qu’il faut pour « décrocher » votre esprit de la réalité, afin de tirer lui-même les fils emmêlés.

Il va s’occuper de la transmission à votre inconscient des choses dont vous avez besoin pour vous transformer.

On se rend alors compte qu’une pensée qui serait restée d’ordinaire sans effet devient réalité, lorsqu’on est en état d’hypnose.

Le fait d’imaginer une action sous hypnose fait appel aux mêmes zones du cerveau que lorsque l’action est exécutée dans la réalité. Le fait que l’imaginaire et le réel puisse se fondre en hypnose est particulièrement utile d’un point de vue thérapeutique. On peut ainsi modifier des émotions douloureuses en représentations plus faciles à vivre, achever des étapes de vie restées coincées dans le passé ou encore effectuer l’apprentissage d’un nouveau comportement physique ou émotionnel.

L’hypnose, en permettant de créer un état d’hypervigilance intérieure, rend l’esprit inconscient réceptif aux suggestions de l’hypnothérapeute (idées, comportements, réactions…) et apte à intégrer de nouveaux automatismes.

Hypnose Ericksonienne ? Hypnose Humaniste ? Nouvelle Hypnose ? PNL ?

Toutes les techniques d’hypnose visent à produire un état modifié de conscience chez la personne, les différences sont dans les manières d’arriver à ce but.

Finalement, ce qui peut vous être utile de retenir sans vous perdre dans les détails techniques, se sont les différences dans l’approche que vous allez vivre en cabinet.

Au cours d’une séance d’approche « Ericksonienne », qui est l’une des branches les plus répandue de l’hypnose thérapeutique, le thérapeute va renforcer les mécanismes inconscients et ceux qui provoque et augmente la dissociation entre l’esprit conscient et l’inconscient, dans le but de déconnecter le mental.

Le thérapeute dans cette approche a un rôle central car c’est lui qui va faire des suggestions thérapeutiques à votre inconscient dans le respect de l’objectif que vous avez fixé.

En pratique, tous les domaines de la vie peuvent tirer bénéfice de cette hypnose, puisqu’elle est une « clé d’accès » à nos capacités naturelles.

Seules les personnes diagnostiquées par la psychiatrie « paranoïaque», « psychopathe » etc. doivent être prises en charge en institution spécialisée. Donc sauf si vous avez une fragilité de ce côté-là (tendance à la dissociation psychologique) vous pourrez profiter des avantages de l’hypnose « dissociante ».

Entre autre indications, voici quelques exemples de cas travaillés avec succès sous hypnose d’approche Ericksonienne : traumatismes (accident, décès, divorces…); dépression exogène, anxiété, insomnie, troubles obsessionnels, tabagisme, manque de confiance en soi, phobies etc. (liste non exhaustive).

A l’inverse, l’hypnose humaniste est une méthode orientée psychothérapie, qui reconnecte la personne à elle-même pour qu’elle accède à ses propres resources de guérison.

Vous atteignez l’état d’hypnose par davantage de conscience, sans que personne n’interfère dans la recherche de votre solution.

Le rôle de l’hypnothérapeute humaniste demeure neutre et ne consiste pas à donner des suggestions hypnotiques à la personne qu’il accompagne. Sa présence doit être celle d’un guide, d’un conseiller et d’un pédagogue. Il doit guider la personne vers une prise de conscience de ses blocages internes et aiguiller sur l’attitude à adopter, les techniques à réaliser pour s’en sortir.

La différence majeure avec les autres formes d’hypnose,  c’est que la personne est menée vers un « état de conscience augmentée »,  afin qu’elle comprenne et règle elle-même la source de ses problèmes en se laissant guider par son hypnothérapeute.

L’hypnose humaniste va aider une personne à changer en faisant grandir ce qu’elle est, profondément si elle le souhaite. Elle ira mieux et pourra être elle-même, sans masque ni obstacle. Et lorsqu’on aide une personne à être fidèle à ce qu’elle est, son être profond s’assainit naturellement, tout comme son corps.

L’hypnose humaniste permet de travailler sur un large éventail de problèmes. Son but est d’activer les ressources internes d’une personne, de lui faire prendre conscience de l’origine des dysfonctionnements pour pouvoir les corriger.

Grâce à ses particularités, l’hypnose humaniste est aussi bien une pratique de thérapie (stress, sommeil, poids, tabac, etc.) que de psychothérapie (mal-être, dépression, couple, etc.).

La PNL ou Programmation neurolinguistique quant à elle est une technique complémentaire à l’hypnose, orientée solution, et qui permet de conscientiser la manière dont on s’y prend pour réaliser une action, et de faciliter ensuite la réalisation de ses objectifs.

C’est une discipline qui permet d’apprendre à apprendre, pour ensuite utiliser cet apprentissage pour résoudre ses problèmes.

Utilisé en thérapie ou en coaching cette technique permet d’examiner notre logiciel interne afin de mieux le reconfigurer.

Bien entendu, chaque personne a sa propre manière d’être et de percevoir, elle vivra ainsi l’expérience à sa façon, mais ce qui est certain, que l’on vive une séance Humaniste ou Ericksonienne; une séance d’hypnose est avant tout un merveilleux moment de détente et d’évasion, avec souvent beaucoup d’émotion, dont on se souvient longtemps tellement c’est agréable de pouvoir se reconnecter à des resources incroyables que l’on croyait perdues, oubliées ou dont on ignorait tout simplement l’existence…